Technologies

Tout ce qui se rapporte aux technologies. GNU/Linux, Web ...

Fil des billets - Fil des commentaires

Sauvegarde et Synchronisation

On me pose la question, puisque je suis informaticien, de la meilleur méthode de sauvegarde de données, la copie sur un disque dur externe, servant aussi au partage entre ordinateurs, montrant ses limites.

Il existe de nombreuses de solutions à ce problème : soit on synchronise un répertoire, via Dropbox ou équivalent, soit on utilise un système de sauvegarde en ligne, avec un outil local qui envoie tous les fichiers sur un service distant.

Lire la suite...

Android 4 "ICS" sur "Galaxy S II"

Mardi 13 mars est annoncé, sur de nombreux sites spécialisés, que la nouvelle version d'Android commence à être diffusée par Samsung pour le modèle Galaxy S II. Sans être particulièrement impatient, car je préfère laisser à d'autres le soin d'essuyer les plâtres, je recherche, avec l'outil interne au smartphone, cette mise à jour maintes fois annoncée depuis l'automne.

Lire la suite...

Analogies Foireuses

En ce jour de sortie d'un objet médiatique de consommation, je vais tenter une analogie foireuse :

« Si Apple fait du Playmobil, alors GNU/Linux fait du Lego. Et j'ai toujours préferé les Lego Technic ... »

En fait, ce qui est important, à mon avis, c'est la bidouillabilité, c'est à dire le fait de s'approprier l'objet, et de pouvoir l'utiliser comme on le souhaite.

NoSQL

Je suis administrateur de bases de données, c'est mon métier. L'outil principal avec lequel je travaille est PostgreSQL, qui est un système de gestion de bases de données relationnelles, un des meilleurs outils qui soit.

La prise en main pour un développeur de logiciel de ce type d'outil est loin d'être évidente. La plupart du temps, ce qui importe pour un développeur est la façon dont son code fonctionne, et dont l'architecture du programme est mise en place. Il est rarement intéressé par la façon dont sont stockées les données qu'il manipule, et si le sujet l'intéresse, il le voit au travers de son modèle de données, qui, la plupart du temps, est un modèle objet.

On voit donc régulièrement s'opposer deux façons de penser : les modèles relationnels et les modèles objets ; Une des pire chose qui puisse arriver est de coller un ORM entre les deux modèles : on obtient rarement un compromis acceptable, d'un coté comme de l'autre. Au mieux, l'ORM va permettre de prendre en main progressivement la base de données relationnelle afin de faire correspondre le code avec la base. Ici, il est important de noter que je suis DBA, de mon point de vue, c'est au code de coller au modèle relationnel.

Malheureusement, les contraintes de développement en entreprise étant ce qu'elles sont, les modèles relationnels des bases de données ne sont pas toujours conçues par des concepteurs versés dans l'art des ensembles. On retrouve donc régulièrement des modèles qui consistent simplement à sérialiser des objets et à les associer à des clés. Ce qui revient à stocker des paires clés/valeurs. Et pour cela, nul besoin d'un SGBDR.

De plus, des bases de données relationnelles comme PostgreSQL sont de très bons outils transactionnels, mais ils existent des outils qui peuvent être plus pratique lorsqu'on ne fait que des lectures de données et très peu d'écriture.

Or, on passe plus de temps à lire des tweets ou des profils Facebook qu'a y raconter sa vie ( quoique ), et ces outils manipulent des données qui sont très faiblement modélisés.

Depuis quelques années, de très gros sites Webs ( Amazon, Google, Facebook, ... ) ont donc amorcé une réflexion sur leurs besoins en base de données, et y répondent aujourd'hui par la publication de documents et d'outils qui font parti de la mouvance NoSQL. Récemment, c'est Twitter qui annoncait se passer de MySQL pour se diriger vers une base de données très différentes : Cassandra.

On voit ici que s'oppose deux modèles : des bases de données très structurés, et ayant essentiellement des besoins en écritures ( par exemple, une application comptable ), et des bases de données non-structurées, accédées essentiellement en lecture.

Je vais donc tenter de comprendre, d'expliquer et de prendre en main la seconde famille d'outils, que je ne connais pas, dans une séries d'articles sur ce blog.

Ubuntu « Karmic Koala » 9.10

La dernière version d'Ubuntu est sortie hier soir, j'ai mis mon ordinateur portable à jour aujourd'hui, sans aucun soucis. Je l'ai lancé cette mise à jour ce matin, j'ai redémarrer ce soir, tout s'est bien passé :)

Il me semble que c'est la première distribution GNU/Linux à proposer PostgreSQL 8.4 ;-)

Blog

Mise à jour de Dotclear depuis la 2.0rc à la 2.1.1, sans rien à faire d'autre que copier des fichiers. Magique. Après avoir passer la journée d'hier (jusqu'à 1 heure du mat') à migrer une appli, ça laisse reveur...

Et le thème Noviny est superbe !

Hardy, le Héron !

« Hardy Heron », c'est le nom de la nouvelle version de la distribution Ubuntu GNU/Linux. Cette version 8.04 va encore un peu plus loin dans la finition : Je l'ai installé sur mon Dell Latitude D830 hier soir, et sans aucune manipulation technique, l'ordinateur était fonctionel. Un sélection de logiciels plus tard, et tout était prêt !

Ca veut tout simplement dire que n'importe qui est capable de faire ça. Il suffit bien-sûr de conserver tous ses documents au préalable, et l'installeur fait tout le travail, en 30 minutes environ.

Pour ceux que ça interresse, ça se passe ici : Ubuntu.

Vive Ubuntu !

En quelques minutes, mon nouvel ordinateur portable est réinstallé avec Ubuntu 7.10 ! Je n'ai rien eu à faire d'autre que mon login et mon mot de passe, et le systeme complet est installé, tout les périphériques sont fonctionnel.

Je me demande juste ce qui empêche Dell de fournir ce genre d'OS sur ce modèle, vu que tout marche bien ?

Vista n'est plus

J'ai acheté un nouvel ordinateur portable, un Dell Latitude D830, parce qu'il me semble que c'est du bon materiel, qui correspond à ce dont j'ai besoin pour travailler.

Le précédent, un Maxdata 8100, à 2 ans et demi de service, et va être recyclé pour d'autres tâches.

Le probleme est que Dell ne vend cet ordinateur qu'avec un Windows pré-installé. Bien sûr, il est possible de se battre pour se faire rembourser le cout de la license, mais ça n'est pas forcément très interressant financièrement, et ça prend du temps.

Donc, j'en ai profiter pour tester Windows Vista : c'est pas interressant, ne l'acheter pas, installer Linux à la place, au moins, vous pourrez travailler correctement.

C'est donc ce que je suis en train de faire actuellement, j'installe Ubuntu 7.10, en version beta. Vista a purement et simplement été formaté, c'est tout ce qu'il mérite !

Les communes francaises dans MySQL

La base communes-francaises, mise à disposition pour PostgreSQL par Stéphane Bortzmeyer, dresse la liste des régions, départements et villes de France. Soit 26 régions, 100 départements et 36684 communes.

Pour les besoins d'une formation, j'ai adapté cette base pour MySQL. Les tables sont au format Innodb, et les données sont encodés en UTF-8.

Le fichier : communes-francaises.sql.gz, 390K.

Héberger vos Logiciels Libres

L'initiative EUCD.info, et la FSF France viennent de mettre à disposition un espace d'hébergement pour les logiciels libres susceptibles d'être touché par la loi DADVSI : http://fsffrance.org/reserve/. Si vous êtes auteur de logiciels libres, n'hésitez pas à prendre concact avec eux pour héberger votre projet !

Pétition contre DADVSI

Stop !!! Arretez tout, et allez signer tout de suite la pétition pour le retrait de l'horrible projet de loi :

Pétition demandant le retrait de l'ordre du jour parlementaire du projet de loi DADVSI

Lettre au député Jean-Marc Ayrault

Je reproduis ici le courier que je viens d'envoyer au député de ma circonscription, par ailleurs président du groupe socialiste à l'assemblée nationale.

Monsieur le Député,
Je vous écris ce jour car le gouvernement a décidé, fin septembre 2005, de faire voter en procédure d'urgence le projet de loi DADVSI (1206). Ce projet de loi est censé transposer la directive européenne EUCD (2001/29CE), qui elle-même implémente deux traités (WCT et WPPT) de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) rédigés en 1996. Ni la France ni l'Union européenne n'ont pour l'instant ratifié ces traités. Je tiens à vous exprimer ma vive inquiétude pour l'avenir du droit d'auteur français au regard du contenu de ce projet de loi et de la procédure d'urgence choisie.
Je ne vais pas recopier tout l'argumentaire contre ce projet de loi, par ailleurs disponible sur le site http://eucd.info/ . Je me permets d'insister sur l'importance du retrait de ce projet, pour toutes les raisons évoqués.
Ce projet de loi n'est que l'outil, trop grossier, d'entreprises et d'organismes qui ne respectent ni leurs clients (vous, moi, vos electeurs, tout le monde en fait), ni les artistes, qui sont les premières victimes.
Le point qui me fait réagir particulièrement est la remise en cause des Logiciels Libres. Vous ne l'ignorer certainement pas, les logiciels libres forment aujourd'hui un ensemble de briques logicielles absolument incontournables d'Internet, mais aussi de la majorité des infrastructures informatiques des entreprises et administrations publiques, à Nantes, dans tout le département, dans les Pays de Loire, mais aussi, bien-sûr, bien au-dela.
Je suis bien placé pour le savoir, etant moi-même formateur en informatique, spécialisé dans les logiciels libres, j'interviens dans tout le grand ouest pour former des techniciens et ingénieurs en informatique, dans des entreprises privées et publiques, et dans des administrations publiques. J'ai donc une idée assez précise du sujet, et donc ai conscience que la remise en cause même de l'existence de ces logiciels libres aura un impact sur l'ensemble de l'activité de ces entreprises et administrations.
Ce n'est donc pas seulement l'ensemble des industries et services informatiques qui sont mis en cause. Je ne peux m'empecher d'ajouter que le seul gagnant, parmi les différents acteurs de l'informatique, dans ce projet de loi, est bien l'hégémonique et bien connu éditeur de logiciels propriétaire américain.
Au dela de l'aspect purement technique, c'est aussi le droit d'auteur qui est remis en cause, et ce, quels que soient les idées exprimés, et les moyens utilisés. La Culture ne doit pas être dans les mains de gens aussi peu scrupuleux, et aussi peu respectueux, que les instigateurs de ce projet.
Vous trouverez l'essentiel des informations utiles sur le site suivant : http://eucd.info/ , et par ailleurs, je me tiens à votre disposition pour toute information complémentaire.
En espérant que vous saurez vous saisir de ce dossier, et que vous veillerez à ce que soient protégés les droits du public, la vie privée de vos concitoyens, la libre concurrence, les auteurs de logiciels libres, l'indépendance technologique de la France, la liberté d'expression, le domaine public, et la démocratie, veuillez croire, Monsieur le député, en l'assurance de ma respectueuse considération.
Ce courier sera reproduit intégralement sur mon blog, dont l'adresse se situe ci-dessous.

--
Sébastien Lardière
Couëron - 44
Formateur et Consultant en Logiciel Libre

Web : http://seb.ouvaton.org/
Mail : seb@ouvaton.org

Inadmissible !!!

Le ministere de la "Culture" (mais de quelle culture ? Ils font pousser des champs de billets ?), ainsi que la SACEM, Universal, BSA, et autres Joyeux Lurons, sont en train de faire passer, en douce, des lois interdisant de faits tous les logiciels qui communiquent d'une façon ou d'une autre, y compris bien sûr des logiciels libres, sous pretexte qu'ils ne peuvent pas contrôler tout ce qui se passe sur Internet (auquel visiblement, ils ne comprennent rien du tout).

C'est tout simplement scandaleux, les lois francaises ne doivent en aucun cas être au service des Majors. J'utilise tous les jours des logiciels libres, et je forme des gens à utiliser des logiciels libres, y compris des logiciels qui permettent des transférer des données par réseau. Mais j'achete la musique que j'écoute et que j'apprécie. Il va sans dire qu'une quantité non-négligeable de cette musique ne vient pas des Majors. Certaines musiques ne rentrent même pas dans les cases de la SACEM. Mais je ne suis pas un criminel.

Allez, pour la route, une liste des musiques que j'écoute en ce moment, en vrac :

  • Régis Huiban, Sans Sommeil.
  • Les Ogres de Barback et la Fanfare du Belgistan, Concert
  • Les Cowboys Fringants, La Grand-Messe
  • Pauline Croze
  • Sarah Bettens, Scream (en import, 2x moins cher que la version française)
  • KT Tunstall, Eye to the Telescope
  • Bombes de Bal, danse avec ta grand-mère
  • Francis Cabrel, La Tournée des Bodegas
  • José Gonzalez, Veneer
  • Fayo, La fiève des fèves
  • Hamon Martin Quintet, L'habit de Plume.

Et encore, je pourrais ajouter Madeleine Peyroux, Katie Tunstall, Camille, Jeanne Cherhal, Yann Tiersen, Bernard Lavilliers, ....

Tout ça acheté, bien-sûr. Alors, je suis toujours un voleur ?

MAJ, 2-12-2005 : Pétition demandant le retrait de l'ordre du jour parlementaire du projet de loi DADVSI.

NetVibes

Je viens de tomber sur ce site : http://www.netvibes.com/, qui mets en oeuvre la technologie hype du moment sur le Web : Ajax. Je doit dire que c'est assez impressionant, en 2 minutes, j'ai pu personnalisé ma page comme je le souhaitais, en ayant notamment injecter la listes des flux RSS que je lis habituellement, plus, par exemple, la liste de mes messages sur Gmail, la météo locale, une boite de recherche, etc ...

A voir, mais il semble bien que c'est ce genre d'interface qui sera notre quotidien sur le Web dans quelques temps.

Son Hi-Fi

Je viens d'acheter une chaine Hi-Fi, une micro-chaine, mais Hi-Fi quand même. C'est une Onkyo CR-305FX.

Et c'est là que je me rends compte que je n'ai jamais eu de chaine Hi-Fi, en fait !

Pourquoi tant de haine ?

L'edition de contenu sur le web dépend d'outils de publication. L'outil de base, ou plutot, les outils de base sont les standards utilisés pour mettre à disposition ces contenus : les schémas html et xhtml, les feuilles de styles CSS, les formats d'images Png, jpeg et gif.

En partant du principe que ces standards sont librement disponibles et édités par les acteurs du marché, je ne vois pas de bonnes raisons de ne pas les utiliser. Alors pourquoi est-ce que certains persistent à ne pas delivrer de contenus respectant ces standards ? Y-a-t-il une bonne raison à cela ?

Imagine-t-on fourni un document Docbook ne respectant pas le schéma ? non ! Imagine-t-on créer une feuille Xslt non-conforme aux schémas ? non, bien-sur. Alors pourquoi continue-t-on a faire des documents html non-conforme ?

Aujourd'hui, les navigateurs Web, les outils qui nous permettent de lire les documents Html, ont deux façons de lire les données qu'on leur donne : un mode de respect stricts des standards, et un autre, le quirks-mode, qui permets de faire un peu n'importe quoi avec nos balises html. Quand est-ce que ce mode Quirks deviendra obsolete ? Quand IE7 sortira, avec un support complet des standards ? peut-être :-)

Gnome 2.10 ...

Gnome en est actuellement à sa version 2.8, et la future version, la 2.10 est en préparation, et devrait être prête au mois de mars. On peut en voir un aperçu à l'adresse suivante : http://www.gnome.org/~davyd/gnome-2-10/.

Des liens en vrac

Du HTML, des poires et des pommes

A lire, un excellent article de Karl Dubost sur la maltraitance du Html 4.01 par les développeurs : HTML 4.01, une star bien mal comprise.

Dans la même veine, le billet de Fred Cavazza : XHTML, web sémantique et gestion de contenu.