L'actualité législative est riche en nouveauté dans le domaine culturel qui m'interresse.

Concernant les langues régionales en France, même si je n'en parle aucune, ni le breton ni le gallo, nos chers députés viennent d'adopter un amendement à un projet de loi modifiant la constitution, en disant que nos langues régionales font parties de notre patrimoine. Ca n'est pas encore fait, mais c'est un énorme pas en avant, qui je l'espère facilitera le travail des défenseurs de ces langues.

D'un autre coté, un avant-projet de loi remet en cause les pratiques amateurs, en ce qui concerne les cultures populaires, et donc la danse. Certains se sont imaginés que nous concurrencions des professionnels en dansant et en faisant des spectacles dans nos cercles. Il faudrait vraiment qu'ils sortent de leurs bureaux, et aillent prendre l'air de temps en temps.

Les danses traditionnelles sont pratiquées par des amateurs, en aucun cas par des professionnels. S'il existe des ballets professionnels, ça ne peut être que marginal, et ces professionnels viennent forcément des pratiques amateurs. Les cultures populaires passent forcément par des pratiques amateurs, il faut vraiment avoir de la bouillie entre les oreilles pour croire que le contraire soit possible : les professionnels du secteur ne pourront pas travailler sans pratiques amateurs. C'est d'ailleurs la même chose en ce qui concerne la musique, quoi qu'en dise la loi.

Je ne sais pas si nos députés savent faire le grand-écart, mais il me semble qu'ils ne peuvent pas adopter un amendement favorable à nos langues régionales, et travailler sur un projet de loi limitant les pratiques amateurs des cultures populaires. Ca ne peut pas être cohérent.