Presque un an après la sortie de l'album, les musiciens du « Jacky Molard Quartet » étaient au Nouveau Pavillon.

Que dire, sinon qu'ils retransmettent très bien ce qu'ils ont imprimés sur le disque, et que c'est exceptionnel. Un bijou d'énergie, quatre solistes jouant ensemble, et produisant une intensité incomparable.

La vrai découverte pour moi reste la contrebassiste, Hélène Labarrière, que je n'avais vu jouer. C'est incroyable, comment peut-on être aussi agile avec un instrument aussi imposant.

De la musique traditionnelle au Jazz, ce concert est de ceux qui m'ont le plus plût de toute la saison, et c'est ce genre de musique que j'aime écouter. Mais, s'ils pouvaient sourire un peu, voire s'adresser un peu plus directement au public entre deux morceaux, il me semble que ça ne gacherait rien.